Le championnat

Les résultats du PUC (2012-2013)
PUC 1 contre Aller Retour
IFK Paris 1 3 - 3 1 - 3
Phoenix de Wasquehal 3 - 3 6 - 2
Hoplites d'Ambiani 1 2 - 3 3 - 6
Lyon FC 1 2 - 2 x
Tigres du Grésivaudan 1 2 - 1 x
Marseille Rascasses 8 - 0 x
Saint-Etienne Knights 6 - 0 x
PUC 2 contre Aller Retour
Ericsson Vikings 4 - 6 0 - 5
Sentinelles de Strasbourg 1 - 5 4 - 5
Loups Lorrains 6 - 0 0 - 5
Dragons Bisontins 4 - 5 3 - 9
Les dates de championnat (2012-2013)
Dates Equipe Lieu
20-21 octobre PUC 1 Tourcoing
17-18 novembre PUC 2 Besançon
1-2 décembre PUC 1 Paris
12-13 janvier PUC 2 Strasbourg
26-27 janvier PUC 1 Amiens
9-10 février PUC 2 Nancy
16-17 février PUC 1 Lyon
16-17 mars PUC 1 Amiens
23-24 mars PUC 2 Besançon

News

Les news du championnat | page 1 sur 18 | ‹ prec suiv ›

Contre Wasquehal, le PUC s’est fait réveillonner
posté par Sidney le 2014-01-06 16:12:25

Il est des expressions qui, à trop en faire usage, perdent leur sens premier. Lorsque réunis autour d’une table, les convives se souhaitent « Bon appétit ! », ce n’est en général pas par crainte que l’un d’entre eux ne soit rassasié trop tôt. A vrai dire, ils s’en tapent un peu : ça fera du rabe pour les autres…

Au PUC, il en va de même pour le « Allez les gars : Tout de suite ! Tout de suite dans le match ! » martelé à répétition lors de l’échauffement. Trop usité, on ne sait plus trop ce que cela veut dire... 

Nombreux sont les pucistes ayant prononcé machinalement ces quelques mots, rares sont ceux qui les entendent… A Amiens, où les violets commençaient l’année 2014, pas un ne les a écouté : après 10 minutes de jeu, le PUC est mené 4-0.

Il paraît que les Phénix se méfiaient de nous. Ils avaient à cœur de prendre leur revanche sur les matchs de la saison dernière. C’est tout à leur honneur: ils nous doivent leur titre de Champion de France. 

Mais nous sommes moitié moins nombreux cette fois ci. Et on ne peut plus trop les prendre par surprise. Notre réputation nous précède…

Et puis, Julien il avait ramené des pâtes de fruit moitié plus petites que d’habitude aussi… Et Rodolphe il a été malade pendant les vacances !

Voilà pour les excuses.

Au bout de 10 minutes, le PUC se met à jouer. Mais vraiment tout de suite, hein !

La deuxième période est plus équilibrée. Alban a décidé d’humilier les attaquants de son équipe en finissant meilleur buteur : il ouvre le compteur pour les violets. Julien B. l’imitera peu après : son tir de la cuisse gauche est le plus redoutable du championnat. Le rouleau compressé est en marche.

Le score est de 6-2 après deux périodes. Ça doit gueuler dans le vestiaire des Phénix !

Un peu fatigué (sauf Rodolphe qui est bien) le PUC ne peut pas pousser en 3ème période. Le match reste équilibré jusqu’aux 4 dernières minutes quand ça tire vraiment derrière les jambes.

Wasquehal va en marquer 2 de plus. Et Alban complètera le score (bien aidé par Thibaut VN). A ce propos Alban, celui-là ne compte pas dans le classement des buteurs.

9-2 : on s’est bien Phénixer ! Amiens d’un miracle, les play-offs seront difficiles d’accès…

Légende: le vestiaire des Phénix, si on avait encore gagné cette année.


A 2 secondes du week-end parfait
posté par Sidney le 2013-12-16 14:45:43

Sur le quai de la Gare de Nantes (en Bretagne paraît-il), Loik fait le bilan de son week-end : « Y’a pas à dire, samedi j’ai vraiment été l’homme du match ! »

Ça Loik, personne ne le conteste. Disons qu’on aurait quand même préféré que tu le sois pour notre équipe…

Ce samedi-là, le PUC a vraiment de quoi nourrir de gros regrets. Après avoir été menés 2-1 au milieu de la 3ème période, les violets ont d’abord réussi à égaliser lorsque Martino à concrétiser une chevauchée dont seul Michel a le secret. Non pas que Michel ne veuille pas le divulguer : mais personne n’a jamais pensé à lui demander sa recette.

Le PUC a pris les devants à 3 minutes de la fin du match lorsqu’Alban échangea un but contre son poignet (NDR : mes excuses [1]…).

Mais au final, Loik, que donc te reproches-tu ? Tu n’étais pas sur le terrain quand les Caennais ont égalisé alors qu’il ne restait que 2 secondes au compteur. Non ! Tu étais sur le banc. Certes, c’était celui des pénalités : mais personne ne t’accable. SportEasy s’en chargera.

Le premier but ? On peut considérer que tu n’étais pas là non plus…

Voilà, voilà. Matthieu regrette quant à lui sa cheville qui est partie en vacances avant lui. (NDR : mes excuses [2]…).

Score final : PUC 3 – Caen 3. L’objectif du week-end ne sera pas atteint…


Le samedi soir : nous noyons notre désespoir à coup de cervoises et de rhum (vous savez qui…). Et consolons notre chagrin dans l’Amour de la pomme de terre, où Olivier à ses habitudes : le patron le connaît bien et l’attente pour lui ne dépasse jamais les deux heures.

Sans en rajouter, l’équipe rentre se coucher l’esprit plus léger et le ventre plus lourd.


Le dimanche matin, le championnat reprend ses droits face aux Canonniers nantais que le PUC retrouve déjà pour la 3ème fois cette année.

Les intentions sont bien meilleures que la veille et les Pucistes prennent rapidement une avance confortable : 3-0 après la 1ère période. 6-0 après 2. Le match termine 8-2 !

Des maillots en noir et blanc et un score rétro lui aussi. Enfin la première victoire !

Il faut rendre à Eino ce qui appartient à Eino : en marquant 5 buts dans ce match, il a probablement assuré le titre de meilleur buteur de l’équipe sur l’année… S’il vient à Strasbourg en février, c’est dans la poche.

Pour un gars qui trouvait le McDo un peu loin le samedi midi… le contraste est assez saisissant !

Le PUC est finalement passé à 2 secondes du week-end parfait. Merci au public d’être venu en nombre. Merci aux arbitres. Et merci à la table de marque.

Dans 3 semaines, le PUC se rendra en mode commando à Amiens pour affronter les Phénix. Sur un malentendu -  ou une grève à la SNCF - ça peut marcher.